Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Carretera de la Muerte" – Malaga - Février 1937

"Carretera de la Muerte" – Malaga - Février 1937

Le massacre de la route Malaga - Alméria surnommée "Carretera de la Muerte", la Route de la Mort, se déroula du 3 au 8 février 1937.

Moins connu que le bombardement de Guernica, oublié aussi, il est cependant tout aussi odieux et meurtrier et augure des horreurs à venir...

Après le coup d'état militaire, contre la république espagnole, le 18 juillet 1936, les fascistes s'emparent des grandes villes de l'Andalousie. Malaga et une partie de sa province résistent et restent sous le contrôle des troupes restées fidèles à la république. Le général Gonzalo Queipo de Llano lance à la radio l’appel suivant répété en boucle : « Nos braves légionnaires et nos soldats marocains ont démontré aux couards rouges ce que signifie être de vrais hommes, et au passage ils l’ont montré à leurs femmes. C’est tout à fait justifié, car ces communistes et ces anarchistes prêchent l’amour libre. Maintenant au moins elles savent bien ce que sont les hommes authentiques. »

Cet appel au crime provoque une panique générale.

150 000 civils surtout des femmes, des enfants et des vieillards s'enfuient à pied sur la route en direction d'Almeria pour rejoindre les zones républicaines.

La route Malaga- Alméria est un chemin de 213 km en bordure de plage.

Il sera constamment mitraillé par l'aviation allemande de la légion Condor et bombardé par les canons des bateaux de guerre de Mussolini garés au large et qui soutiennent les troupes de Franco.

Bilan : entre 7 000 et 10 000 victimes, des milliers de blessés ou disparus.

Plus de 20 000 républicains qui restèrent à Malaga  furent fusillés sans procès dans les fosses communes du cimetière de San Rafael.

Ce drame insupportable et d’une horreur absolue est de nouveau d'actualité grâce au magnifique roman graphique « Promenade des Canadiens » de Carlos Guijarro. Il permet également de sortir de l’ombre le chirurgien canadien, membre des Brigades Internationales : Norman Béthune. Ce dernier et son équipe secoururent cette horde de civils démunis dans leur fuite, en transportant dans leur ambulance des centaines de personnes.

 

Son assistant, Hazen Size, immortalisera cette tragédie en prenant des photos d’une rare intensité pour alerter l’opinion publique.

En vain.

L’hypocrite politique de non-intervention était déjà en marche.

Promenade des Canadiens – Steinkis  

120 pages
ISBN : 979-10-9009-095-8
18 €

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :